L’historique de Mission Tanzanie

Le programme Mission Tanzanie a été initié par le Père Jean-Pascal LOMBART, missionaire spiritain. Après avoir réalisé sa formation en tant que spiritain en Tanzanie chez les massais dans les années 90, il a été envoyé en mission à Taiwan. De là il a mené des groupes d’étudiants Taiwanais en Tanzanie, permettant ainsi la réalisation depuis 2008 d’installations informatiques dans les écoles. Mais aussi l’électrification d’écoles de brousse, la formation de sages femmes traditionnelles chez les Massaïs, et la construction d’un dispensaire en territoire Massai. Constituées en Association ’Taiwan Africa International Service Association’, après le retour de Jean-Pascal en France, les équipes taiwanaises continuent leurs actions en Tanzanie en parfaite indépendance.

Après être revenu à Paris en 2014, Jean-Pascal a décidé de procéder selon la même démarche avec des volontaires français, dans le cadre de l’Association de volontariat international Opération Amos. Depuis quatre ans il constitue, prépare et accompagne des équipes de français dans la communauté massai, cette fois-ci pour des objectifs de soutien aux personnes en situation de handicap. Devant aujourd’hui coordonner la Pastorale Spiritaine des Jeunes, présider l’association Opération Amos et assister le supérieur provincial spiritain de France, il laisse sa place de coordinateur de Mission Tanzanie à Lucie MOISSONNIER, éducatrice spécialisée et ancienne volontaire de l’équipe de 2018, avec le Père Calvin MASSAWE, spiritain Tanzanien en mission en France à Apprentis d’Auteuil.

En 2015

  •  Enquête de terrain auprès de communautés chrétiennes et villageoises, d’écoles et d’institutions au service des personnes en situation de handicap
  • Mise en place d’un comité paroissial pour les handicapés et d’un club d’élèves destinés à promouvoir les problèmes liés au handicap dans le secteur

En 2016

  • Recensement de 250 personnes en situation de handicap dans le secteur Massaï
  • Sensibilisation au handicap avec des élèves d’écoles primaires et secondaires (présentations mutuelles, repas, jeux, détente, travaux en commun, etc)
  • Financement pour finir la construction d’un lieu de rassemblement chez les massaïs

En 2017

  • Visites médicales en pays Massaï, évaluation kiné et formulation de conseils dans l’accompagnement des enfants porteurs d’un handicap moteur
  • Mise en lien du dispensaire local avec les institutions de santé et d’éducation
  • Micro-projet de plantation d’arbres et de cuisinière basse consommation
  • Ateliers et grands jeux de sensibilisation sur le handicap et l’hygiène
  • Mise en place de parrainages
  • Financement de toilettes dans l’école primaire d’Engaruka
  • Recherche de financement pour la construction d’un dortoir par Kilomètres du Soleil et obtention d’un financement de 10 000 € par les enfants de Kilomètre du Soleil

En 2018

  • dans la région massai d’Engaruka : Poursuite des visites médicales et des diagnostics de personnes en situation de handicap dans les secteurs isolés avec l’aide du Docteur Massawe. Pédiatre de réputation nationale (bilan: beaucoup de problèmes de cécité, à cause de la poussière, et des déformations des pieds, dues au mode de vie semi-nomade). Poursuite des programmes de sensibilisation dans les écoles, les communautés religieuses et sur les marchés (exposition itinérante, conférences, activités). Poursuite de la collaboration avec les clubs d’élèves concernés par le handicap (atelier, remise de fonds). Initiation au secourisme dans les écoles. Création d’un comité de suivi à l’année avec des membres des quatre institutions/autorités locales (églises, médecins, professeurs, gouvernement du village). Vérification de la construction de lavabos pour les toilettes dans l’école primaire d’Engaruka et de l’utilisation des fours à économie d’énergie (cependant la construction et l’utilisation de fours à économie d’énergie n’a pas été suivie).
  • dans la région massai de Nainokanoka : Enquête de terrain sur la situation de la région et de ses habitants (au travers d’entretien avec les membres des quatre institutions locales, citées précédemment) / Impulsion d’un club d’élèves handicap dans l’école secondaire de Nainokanoka / Mise en place de visites médicales avec le docteur Massawe pour diagnostiquer les handicaps des habitants (beaucoup d’otites dues au climat humide et froid, de problèmes respiratoires dus au confinement des habitations, et d’épileptiques, gène très présent) / Début de sensibilisation dans les communautés religieuses
  • dans la région de Moshi et d’Arusha : visite et entretien avec les dirigeants d’établissements spécialisés soit dans la professionnalisation des personnes en situation de handicap (VTC Imani, VTC USA river, VTC Olkokola), soit dans la rééducation, la chirurgie et convalescence de personne en situation de handicap mental ou physique (Plaster House, Huduma Munduli, Sibusiso) pour accueillir des massais diagnostiqués comme porteurs de handicap et demandeurs de soins

Les spiritains

Spiritains, la Congrégation du Saint-Esprit missionnaires Spiritains, historique de la Congrégation dans le monde, en France, ses activités en Europe.

Voir le site de Spiritains Jeunes

La congrégation du Saint-Esprit est fondée en 1703 à Paris et revivifiée en 1848, par la fusion avec la société du Saint-Cœur de Marie. Les spiritains forment une congrégation missionnaire particulièrement présente en Afrique.

Cependant aujourd’hui l’annonce de l’Évangile intègre un véritable rôle social. Les spiritains s’efforcent de susciter une grande ouverture d’esprit, le partage et le respect, la lutte pour la justice et contre la pauvreté en s’engageant au niveau local dans l’agriculture, l’éducation et la santé. Ils suppléent ainsi à certaines limites des structures publiques et mobilisent les communautés en vue d’un développement raisonnable et durable des endroits les plus isolés du monde.

Les missions en Tanzanie s’inscrivent ainsi sur ces bases d’échange, de rencontre et d’écoute. Le projet ne s’adresse donc pas seulement à des volontaires ou des communautés exclusivement catholiques mais aussi à des personnes de toutes confessions ou non-croyantes.