Les membres de l’équipe tanzanienne

Sans nos partenaires tanzaniens, il serait difficile de mettre en place un programme durable à l’occasion de séjours d’un mois seulement chaque année. Ceux-ci préparent notre arrivée et informent les communautés que nous allons rencontrer, ils aident à réfléchir et mettre en oeuvre le développement communautaire. Ils sont touchés par le fait que des européens font un long voyage dans le but d’aider les personnes handicapées, alors que les touristes ne font que passer… Ces partenaires sont nos amis, nous sommes leurs collaborateurs puisque ce sont eux qui portent l’essentiel du programme.

Nos partenaires tanzaniens

Lomayani SIMANGO

Est un jeune homme massai originaire du village d’Engaruka. Jean-Pascal logeait dans la case de son père quand il est né en 1989, et comme le bébé était malade, il l’a baptisé à la demande des parents. En retournant à Engaruka en 2009, Jean-Pascal a retrouvé Lomayani qui avait fini ses études secondaires avec de très bons résultats. Lomayani a travaillé pour financer ses études de mathématiques, qu’il a brillamment terminées par un master en 2017. Il s’est en même temps formé pour être catéchiste. A chaque fois qu’il rentre à Engaruka, il en profite pour enseigner à l’école secondaire Oldonyo Lengai et l’église catholique. Il nous accompagne tout au long de chaque séjour, pour les contacts avec les autorités locales, la traduction, l’initiation à la culture massaï, la réflexion sur le programme. En cette année 2019, il commence aussi à participer au programme d’accompagnement des personnes handicapées vers les structures de prise en charge. Bref, une pièce maitresse du dispositif.

Le Docteur Higgins MASSAWE

Le Docteur Higgins MASSAWE est un médecin pédiatre, originaire du Kilimandjaro situé à Dar es Salaam. En 2010, c’est grâce à son frère, lui-même spiritain, que Jean-Pascal fit sa rencontre en vue de préparer le programme de coopération médicale entre Taiwan et la Tanzanie. Son frère est spiritain, c’est comme ça que Jean-Pascal l’a connu en 2010 en vue de préparer programme de coopération médicale entre Taiwan et la Tanzanie. Il est chef de service et enseigne à l’université, tout en étant spécialiste des maladies infectieuses telles que le SIDA et enseigne l'Université. A ce titre, il est conseiller auprès du gouvernement pour les campagnes de prévention. Il s’est intéressé à notre programme de recensement des handicaps chez les massaï. Chaque année, il accepte de nous consacrer 2 à 3 semaines de son temps, dans les mêmes conditions de vie : campement, rencontre avec les malades sous le soleil et la poussière. Très compétent, il est écouté par les autorités locales et nous aide à mettre en place des comités locaux pour le suivi du programme entre deux séjours.

Anna

Le Père Dennis ZIBA

Le Père Dennis ZIBA est un spiritain originaire de Zambie, missionnaire en Tanzanie depuis 6 ans. Il est le curé de la paroisse de Nainokanoka où nous avons commencé un second programme en 2018, pour mettre en oeuvre les méthodes testées à Engaruka. Très attentif aux relations avec les autorités locales dans le parc national du Ngorongoro où se situe sa paroisse, il nous aide à naviguer pour nous assurer la coopération de chacun dans son domaine de responsabilité. Grâce à lui, le programme a pris un démarrage encourageant à Nainokanoka.

Raphael

Raphaël est un massai d’Engaruka, père de famille et chauffeur du Diwani, l’équivalent du maire d’Engaruka. Il est protestant, très dévoué et de bon conseil. Il nous guide jusqu’aux confins du secteur d’Engaruka pour visiter les communautés isolées dont il connait le chemin. Et aussi, il nous aide pour traduire du massaï au swahili et réciproquement, afin d’assurer une bonne communication entre les patients et le docteur. Il est un peu l’ange gardien des volontaires à Engaruka.

Saibulu OLE KOROYET

Saibulu OLE KOROYET est un massaï d’Engaruka, père de 6 enfants. Dans sa jeunesse, défenseur des traditions des guerriers massaï, il était un farouche opposant des chrétiens. Puis il a vu ce que faisait l’Eglise, il s’est converti et est devenu catéchiste, c’est à dire la plus haute autorité de la communauté chrétienne en l’absence du curé qui est à 60km de là. Sachant que Jean-Pascal avait participé à la fondation de l’Eglise à Engaruka, il a accueilli les groupes de volontaires chez lui depuis 2009 quand les Taïwanais sont venus. Son boma (groupe d’habitations) est notre camp de base. Il nous aide à rencontrer les responsables locaux, les directeurs d’écoles, et les chefs de villages dispersés dans la savane. Très écouté, il a compris l’importance de la sensibilisation des communautés au respect et à l’accompagnement des personnes en situation de handicap et y participe activement. C’est un des moteurs du développement communautaire.

Benedicte Simon - Mission Tanzanie

Bénédicte SIMON

Bénédicte SIMON est notre cuisinière. Originaire du Kilimandjaro, elle habite à Mto wa Mbu où Jean-Pascal a vécu entre 1989 et 1991. Elle était cuisinière de la mission catholique. Depuis, elle aide les équipes des volontaires pendant leur séjour en pays massai. Cette mère de famille se charge de faire les courses au marché et la cuisine. Elle connait les goûts culinaires des occidentaux. Elle a toujours le sourire et nous accueille chaque jour avec de grands témoignages d’affection. Elle est la maman des volontaires.

L’équipe des volontaires pour 2019

Calvin - Mission Tanzanie

Calvin Joe Massawe, 36 ans – Paris
Prêtre spiritains

Coordinateur de l’équipe et guide spirituel

Issu d’une famille d’apiculteurs au pied du Kilimandjaro en Tanzanie, je suis inspiré par le style de vie des abeilles. Je puise chez elles l’inspiration pour être au plus près des valeurs humaines.

Il existe des corrélations physiques entre les membres et lorsqu’elles accomplissent une tache collective, elles coordonnent leurs actes de telle sorte que l’œuvre réalisée est cohérente et se répète identiquement dans toutes les sociétés appartenant à la même famille. A partir de ce précepte j’ai ainsi fait des choix, toujours guidé par la même volonté: l’amour de l’autre, l’ouverture d’esprit. C’est cet état d’esprit qui m’a pousse à frapper à la porte de la congrégation du Saint Esprit il y a 16 ans. Après l’ordination sacerdotale en Tanzanie, je suis envoyé en France comme missionnaire. Aujourd’hui, j’œuvre auprès des apprentis d’Auteuil.

Mais je suis aussi agriculteurs. Je cultive la terre pour trouver l’enracinement nécessaire à tout homme pour s’épanouir, fleurir.

En cultivant l’optimisme, on ouvre la porte au sourire. De ce sourire naît une rencontre, puis une confiance dont nous avons besoin comme ressort à notre construction.

Tel que le dis Simone Weil: « L’enracinement est le besoin le plus naturel et le plus méconnu de l’âme humaine. » Sans cette bienveillance, sans cet éclat du cœur, fondement des relations humaines je crois que l’on peut passer à côté de merveilleuses choses.

Mon désir le plus profond, est de faire du miel spirituel et humain pour mon prochain, afin qu’il puisse, lui aussi, bénéficier pleinement et librement de l’œuvre du Divin.

Volontaire pour la mission en 2017, je me suis laissé attirer par l’authenticité d’une mission qui porte un regard sur les plus démunis, les plus abandonnés. Ma fidélité et mon engagement m’amènent à repartir car il m’apparaît important de soutenir le programme en tant que Tanzanien mais aussi en tant que prêtre. Je souhaite être un soutien car je connais cette mission depuis sa création. Je suis finalement détenteur des gênes de ce programme à transmettre à mon prochain.

Lucie - Mission Tanzanie

Lucie Moissonnier, 29 ans – Lyon

Educatrice spécialisée Coordinatrice de l’équipe – Inspirer, relier, soutenir

Educatrice spécialisée dans un institut pour enfant et adolescent atteint de troubles psychiques, j’apprends au travers de leur regard au quotidien. Chaque rencontre que je fais, chaque expérience que je vis me donne l’occasion de m’enrichir. De ma formation, j’ai appris à faire de la diversité un atout. Convaincue de la nécessité d’accompagner chaque enfant à trouver sa place dans
ce vaste monde, je tente d’aider chacun à prendre conscience de qui il est, de ses capacités, pour qu’il puisse trouver en lui les ressources pour grandir et s’épanouir. Comme le dit Wiston Churchill, Là où se trouve une volonté, il existe un chemin.

Il me semble que l’équilibre entre le tenir bon et le « lâcher prise », le faire et le laisser faire induit un équilibre à maintenir qui ne peut se trouver qu’avec cette capacité de faire l’expérience de l’autre, autant que de soi. Ce que nous percevons, ce que nous ressentons explique en partie ce que nous faisons. En écoutant cela, je me suis engagée l’année dernière pour Mission Tanzanie. J’ai eu envie d’élargir mon regard concernant le handicap, au delà des frontières, car j’estime que nous sommes tous des citoyens du monde. J’ai rencontré un peuple dont les valeurs et les traditions m’ont permis de grandir davantage. Je me suis rapprochée de ce que je souhaitais être encore plus, en retrouvant une simplicité de vie, tant dans mes liens professionnels, amicaux que familiaux. Mais aussi dans mes gestes du quotidien.

Les sports de montagnes m’apportent un équilibre de vie dans lesquels je puise de l’énergie. Tout comme le voyage qui nourrit également cette ouverture d’esprit dont j’ai besoin. Cela explique également ma motivation pour revivre l’expérience Mission Tanzanie pour une deuxième année consécutive. En poussant une porte on trouve un sourire, un bonheur, un langage commun à tous les Hommes.

Baptiste - Mission Tanzanie

Baptiste Durand,19 ans – Rennes

Elève en classe préparatoire aux grandes écoles de commerce

Fonction dans le groupe : responsable du budget, inquiétude avérée pour que tout le monde mange à sa faim.

J’ai choisi mission Tanzanie car c’est une aventure complète. Une aventure concrète, humaine, sociale, culturelle.

Concrète car elle est loin des images que l’on trouve sur les réseaux sociaux. Nous serons sur le terrain, au plus proche des populations en difficultés.

Humaine, car son but est bien entendu d’apporter un soutien médical à des populations dans le besoin, et préventif pour améliorer l’intégration des personnes handicapées dans leur société.
Sociale, car nous cherchons à les aider sur le long terme. C’est pour moi la meilleure façon d’agir, nous ne venons pas imposer une manière de penser ou vivre. Nous serons juste là pour les aider, les
accompagner, proposer des pistes.

Culturelle, car c’est en effet un moyen pour moi de m’ouvrir, de sortir de ce cocon occidental, et de découvrir la richesse de notre monde.
« A cœur vaillant, rien d’impossible »

Anais - Mission Tanzanie

Anaïs Durand, 27 ans – Dreux

Formation d’éducateur de jeunes enfants

Fonction dans le groupe : Activités éducatives et pédagogiques autour du handicap.

Après une première expérience Tanzanienne en 2013, j’ai souhaité participer à la continuité du projet Mission Tanzanie. Cette association tournée sur les personnes en situation de handicap est une belle aventure qui se construit dans la durée. Une citation qui me définit : « L’enfant a le droit au respect de sa dignité et de son amour-propre, ne pas piétiner, ne pas humilier, laisser vivre sans décourager, ni brusquer, ni presser, du respect pour chaque minute qui passe, on peut imposer une discipline aux geste d’un enfant, pas à ses idées. » Janusz Korczak

Oriane - Mission Tanzanie

Oriane Carteron, 20ans – Nîmes

Actuellement étudiante sage-femme en 2e année

Mission Tanzanie 2019 apparaît pour moi comme une aventure humaine de partage et d’échanges.  L’envie de vivre cette expérience a toujours été présente personnellement et est devenue une évidence au cours de mes études. Cette aventure est avant tout un don de soi, mais je pense pouvoir
être surprise au fil des rencontres par ce que l'on va pouvoir apprendre nous aussi et vivre une fois sur place.

« Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais«  Xavier Dolan.

Rosa - Mission Tanzanie

Rosa Martin, 41 ans – Séranvillers – Forenville (Nord)

Infirmière responsable d’équipe dans un SSIAD
et Remplaçante Infirmière Libérale.

Expérience autour du handicap mental et traumatisés crâniens

Aptitudes créatives et manuelles et en danse.
Depuis très jeune j’ai cette envie d’aller à la rencontre des populations
démunies.

Ecouter, échanger, partager, apporter mon savoir et pratique médicale et surtout
apprendre de nos différences.
Citation : « Tendre la main à celui qui est en difficulté c’est lui montrer que l’espoir existe … »

Anthony - Mission Tanzanie

Anthony Martin, 41 ans – Séranvillers- Forenville (Nord)

Infirmier Libéral

Expérience autour du handicap physique.
(repérage des besoins)

Aller au devant des autres, découvrir une culture différente.
Apporter mes connaissances théoriques et pratiques.

Citation : « le phoenix renaît toujours de ses cendres. »

Sandrine - Mission Tanzanie

Sandrine Carteron, 46 ans – Vaucluse

Professeur des écoles en maternelle dans trois villages du nord du Vaucluse

En m’engageant dans mission Tanzanie 2019, je souhaite apporter mon soutien au peuple tanzanien mais également aux personnes en situation de handicap.
Je côtoie le handicap dans mon métier, et je peux me rendre compte des difficultés rencontrées par ces enfants et toutes les personnes qui les entourent.
Je vois cette mission humanitaire comme une aventure humaine, une expérience enrichissante, une leçon de vie.
C’ est aussi l’occasion de pouvoir mettre ma pierre à l’édifice pour essayer d’améliorer leur regard sur le handicap ainsi que le nôtre…

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »  GANDHI

Deborah - Mission Tanzanie

Déborah, 21 ans – Sceaux

« Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup- il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent « . Cette citation célèbre de l’écrivain français Raoul Follereau illustre parfaitement la raison pour laquelle j’ai souhaité intégrer  Mission Tanzanie . Vivre une expérience humanitaire permet de découvrir et sentir la générosité des personnes. Celle-ci enseigne la vie, dans un monde devenu très individualiste elle donne la possibilité d’apporter son aide aux personnes en difficulté. Âgée de 21 ans, en troisième année de licence information communication, j’habite en région parisienne à Sceaux (92). Tant la communication écrite qu’orale sont mes deux compétences les plus importantes. Avec cette expérience j’aimerais apporter mes connaissances pour promouvoir au mieux les projets et actions réalisés par  Mission Tanzanie.

Pauline - Mission Tanzanie

Pauline Tellier, 24 ans

Kinésithérapeute

Aller à la rencontre des tanzaniens, pouvoir partager notre savoir faire et notre façon de vivre sont une occasion pour moi de m’ouvrir davantage à un monde interculturel. En tant que femme et professionnelle de santé, apporter mon aide avec toute l’équipe ne peut qu’embellir la nature humaine !

Hugo - Mission Tanzanie

Hugo, 23 ans

Etudiant en médecine et interne en psychiatrie

Etudiant en médecine et interne en psychiatrie à partir de l’année prochaine, en couple avec Mathilde depuis 2 ans
Pourquoi Mission Tanzanie 2019 ? Parce que c’est un projet humanitaire autour du handicap, une problématique à laquelle je suis particulièrement sensible, sur un continent auquel je suis très attaché, avec des personnes formidables.
Je souhaite commencer avec Mission Tanzanie une vie tournée vers l’humanitaire et de manière plus générale, vers l’autre, et mettre mes compétences médicales au service de ceux à qui je peux être utile.
Le rôle de tout être humain, c’est de faire la preuve que le monde n’est pas sans raison.

Mathilde - Mission Tanzanie

Mathilde, 25 ans

Etudiante en 6eme année de médecine

Etudiante en 6eme année de médecine, interne l’année prochaine. J’ai choisi ces études dans l’objectif de faire de l’humanitaire plus tard. J’ai déjà fait une mission au Tchad, et depuis, je suis particulièrement attachée au continent Africain. Mission Tanzanie, c’est l’occasion de créer un projet avec une équipe solide et pleine de ressources, à la rencontre de Dieu et des autres.
Si je prends les ailes de l’aurore et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer, là aussi ta main me conduira et ta droite me saisira.

Mission Tanzanie Aude

Aude, 23 ans – Paris

Étudiante en M2 de physique

Comme une grande majorité d’étudiants, je vis dans un train à grande vitesse, en voyant les moments défiler à toute allure. Le temps perdu semble coûter cher, et pourtant, je suis convaincue que la meilleure façon de ne pas perdre son temps, c’est de le donner pour les autres. Comme j’achève mes études de physique et bénéficie pour la dernière fois de longues vacances d’été, il me tenait à coeur de marquer de coup en m’investissant pour les autres au-delà des frontières sur une période relativement longue. Mission Tanzanie correspond exactement à mon désir de vivre une aventure concrète, qui me tire hors de mon confort pour m’ouvrir à des rencontres fraternelles, simples et gratuites. J’attends de Mission Tanzanie des belles leçons d’humilité, mais aussi d’espérance. Comme l’a chanté Beyoncé (eh oui !), je voudrais pouvoir dire à mon retour « I was here », et apporter ma petite pierre à l’édifice pour la construction d’un monde plus charitable et plus fraternel. « Heureux les doux, car ils recevront la Terre en héritage » : alors en route pour cette Terre magnifique !

Et toi futur membre de l'équipe ? 2019 ? 2020 ?